Catholique.orghttp://www.catholique.org/ Portail Catholique Francophone fr Catholique.org Sun, 27 Jul 2014 12:17:06 +0200 SPIP 3.0.11 - www.spip.net Catholique.org http://www.catholique.org/images/catholique-logo-noir-200.jpghttp://www.catholique.org/ La réforme de la curie romaine est avant tout "spirituelle" (2)http://news.catholique.org/52838-la-reforme-de-la-curie-romaine-est-avant 2014-07-27T10:17:06Z text/html fr Catholique.org La    réforme de la curie, au service du ministère pétrinien, est avant tout «  spirituelle  » fait observer le cardinal italien Coccopalmiero, expert en droit canon, qui indique ce «  principe herméneutique  »  : «  l'aide apportée par la Curie au pape  ». Il évoque notamment la question des sanctions  : les évêques ont à leur disposition tous les instruments législatifs nécessaires, mais une révision est en cours pour les rendre plus «  accessibles  ». Car «  une action négative exige nécessairement d'être condamnée, elle exige une réaction  ». Et, en vue du synode sur la famille, il évoque le lien matrimonial et les déclarations de nullité. Dans un entretien accordé à L'Osservatore Romano en italien (Nicola Gori) le cardinal Francesco Coccopalmerio, président du Conseil pontifical pour les textes législatifs, évoque la réforme de la curie romaine. Voici le second volet de cet entretien dont nous avons publié la première partie samedi, 26 juillet 2014. Rendre les instruments législatifs accessibles «  Aujourd'hui, explique-t-il, les évêques ont tous les instruments nécessaires pour intervenir  » dans les cas d'abus sexuels, mais il avertit  : «  Le problème n'est pas tant celui des instruments à leur disposition que de connaître ces instruments et leur application correcte  », car «  les instruments existent  », mais il faut «  qu'ils soient bien compris et donc appliqués de façon opportune  ». Il fait observer que «  très souvent, les évêques, qui ne connaissent pas toujours bien la procédure pénale canonique, peuvent se trouver en difficulté  ». C'est pourquoi il annonce «  un gros travail de révision du Code en ce qui concerne les normes pénales contenues dans le livre VI et la procédure pénale, pour que la matière soit plus claire, plus complète et donc pour mettre à disposition des instruments plus efficaces  ». Avec pour objectif de «  rendre cette matière délicate plus accessible, plus compréhensible et plus facilement applicable par les évêques  ». Le bâton et la crosse Il rappelle que Benoît XVI, à la suite du Christ, a parlé de l'usage du «  bâton  » et de la «  crosse  » pour réagir, et que le pape François a lui aussi parlé de «  bâton  » : «  une image du droit pénal  : devant une action négative, qui lèse le bien des personnes et donc le bien de l'Église, le droit pénal prévoit une réaction, c'est-à-dire l'imposition d'une peine canonique par le pasteur. Si, dans la réalité, le pasteur ne réagissait pas devant le délit en infligeant une peine, il serait, d'une certaine façon, ou au moins il semblerait être, consentant au mal commis. Une action négative exige nécessairement d'être condamnée, elle exige une réaction. L'Église ne peut pas rester inactive, elle doit prendre position, sinon, comme je le disais, elle donnerait l'impression de consentir au mal. Mais la peine a aussi une autre finalité  : celle de pousser à la conversion celui qui a commis le délit. Parfois, elle a aussi pour finalité de réintégrer dans leurs droits les personnes qui ont été offensées.  » Lien matrimonial et déclaration de nullité «  Une procédure plus rapide pour la déclaration de nullité du mariage est certainement souhaitable. Toute amélioration est opportune  ; toutefois, cela doit toujours sauvegarder la finalité essentielle de la procédure qui est la recherche de la vérité  », explique le cardinal Coccopalmiero. Et d'expliquer  : «  Il faut savoir si ce mariage est valide ou non. Nous faisons des pas en avant. Dans la commission spéciale de notre dicastère, nous réfléchissons depuis un moment sur la possibilité d'alléger la procédure. (…) Nous avons distingué deux solutions hypothétiques  : réduire à un seul les degrés du jugement - même si cela me semble peu opportun – ou favoriser un juge unique, plutôt que le juge collégial. (…) Ce sont seulement deux hypothèses qu'il faut encore approfondir.  » IL suggère «  une forme d'intervention plus directe de l'évêque  » qui pourrait «  dans certains cas, rendre la procédure plus rapide  ». Deux chantiers du dicastère La révision du livre VI du Code de droit canon, sur les sanctions dans l'Eglise, est en route depuis cinq ans, notamment sur des «  questions difficiles pour lesquelles il faut de la prudence  »  : une commission spécifique «  composée d'enseignants en droit pénal canonique qui enseignent dans les universités romaines  » a été mise en place à cet effet, avec une réunion deux fois par mois. En septembre prochain, un site internet sera ouvert à l'adresse www.delegumtextibus.va, pour «  favoriser une meilleure connaissance et une pratique plus efficace de la législation canonique en vigueur  ». Une étude sur «  la révision des deux Codes déjà parus dans la revue «  Comunicationes  », publiée deux fois par an avec «  toutes les nouvelles et les activités du Conseil pontifical  ». Le site offrira également «  des informations concernant les canonistes dans le monde, les académies, les facultés de droit canonique, les associations de droit canonique et les congrès qu'elles organisent  ». Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org Chercher Jésus, rencontrer Jésus : voilà le grand trésorhttp://news.catholique.org/52848-chercher-jesus-rencontrer-jesus-voila-le 2014-07-26T23:17:07Z text/html fr Catholique.org «  Chercher Jésus, rencontrer Jésus  : voilà le grand trésor  », explique le pape François en commentant les paraboles de l'Evangile de ce dimanche. Il invite une nouvelle fois à lire un passage de l'Evangile tous les jours et à porter sur soi un petit exemplaire des évangiles. Le pape François a en effet adressé ces paroles aux dizaines de milliers de personnes présentes place Saint-Pierre, à midi, ce dimanche, 27 juillet. Il a invité à prier pour qu'advienne « en nous et dans le monde entier son Royaume d'amour, de justice et de paix  ». Voici notre traduction intégrale des paroles prononcées par le pape en italien. A.B. Paroles du pape François avant l'angélus Chers frères et sœurs, bonjour  ! Les brèves comparaisons proposées par la liturgie d'aujourd'hui concluent le chapitre de l'évangile de Matthieu dédié aux paraboles du Royaume de Dieu (13, 44-52). Parmi elles, se trouvent deux petits chefs d'œuvre  : les paraboles du trésor caché dans un champ et de la perle de grande valeur. Elles nous disent que la découverte du Royaume de Dieu peut arriver à l'improviste, comme pour le paysan qui, en labourant, trouve le trésor inespéré  ; ou après une longue recherche, comme pour le marchand de perles, qui à la fin trouve la perle très précieuse si longtemps rêvée. Mais dans un cas comme dans l'autre, reste la donnée première que le trésor et la perle valent plus que tous les autres biens, et par conséquent lorsqu'ils les trouvent, le paysan et le marchand renoncent à tout pour pouvoir les acquérir. Ils n(ont aps besoin de raisonnements, de réfléchir  : ils se rendent compte tout de suite de la valeur incomparable de ce qu'ils ont trouvé, et ils sont prêts à tout perdre pour l'obtenir. Il en est ainsi du Royaume de Dieu  : celui qui le trouve n'a pas de doutes, il sent que c'est ce qu'il cherchait, qu'il attendait, et qui répond à ses aspirations les plus authentiques. Et il en est vraiment ainsi  : qui connaît Jésus, qui le rencontre personnellement, est fasciné, attiré par tant de bonté, tant de vérité, tant de beauté, et le tout dans une grande humilité et simplicité. Chercher Jésus, rencontrer Jésus voilà le grand trésor. Combien de personnes, de saints et de saintes, en lisant  l'Evangile avec un cœur ouvert, ont tellement été frappés par Jésus qu'ils se sont convertis à Lui. Pensons à saint François d'Assise  : il était déjà chrétien, mais «  à l'eau de rose  ».  Quand il a lu l'Evangile, à un moment décisif de sa jeunesse, il a rencontré Jésus et découvert le Royaume de Dieu, et alors tous ses rêves de gloire terrestre se sont évanouis. L'Evangile te fait connaître le vrai Jésus, te fait connaître Jésus vivant  ; il parle à ton cœur et change ta vie. Et alors, oui, tu quittes tout. Tu peux effectivement changer de genre de vie, ou bien continuer à faire ce que tu faisais auparavant, mais tu es un autre, tu es né à nouveau. Tu as trouvé ce qui donne un sens, ce qui donne de la saveur, ce qui donne de la lumière à toute chose, même aux fatigues, même aux souffrances, à la mort même. Lire l'Evangile, lire l'Evangile, on en a déjà parlé, souvenez-vous  : chaque jour lire un passage de l'Evangile, et aussi porter un petit Evangile avec soi, dans la poche, dans le sac, mais à portée de main  : et là, en lisant un passage, nous trouverons Jésus. Tout prend sens quand à, dans l'Evangile, tu trouves ce trésor que Jésus appelle le Royaume de Dieu, c'est-à-dire Dieu qui règne dans ta vie, dans notre vie  ; Dieu qui est amour, paix, joie, dans tout homme et dans tous les hommes. Voilà ce que Dieu veut, c'est ce pour quoi Jésus s'est donné lui-même jusqu'à mourir sur une croix, pour nous libérer du pouvoir des ténèbres et nous faire passer dans le règne de la vie, de la beauté, de la bonté, de la joie. Lire l'Evangile c'est trouver Jésus et avoir cette joie chrétienne qui est un don de l'Esprit Saint. Cher frères et sœurs, la joie d'avoir trouvé le trésor du Royaume de Dieu transparaît, se voit. Le chrétien ne peut pas tenir sa foi cachée, parce qu'elle transparaît dans chaque parole, chaque geste, même les plus simples et les plus quotidiens  : l'amour que Dieu nous a donné en Jésus transparaît. Prions par l'intercession de la Vierge Marie pour qu'advienne en nous et dans le monde entier son Royaume d'amour, de justice et de paix. Traduction de Zenit, Anita Bourdin News de Catholique.org Décès du cardinal italien Francesco Marchisanohttp://news.catholique.org/52847-deces-du-cardinal-italien-francesco 2014-07-26T23:17:05Z text/html fr Catholique.org Le cardinal italien Francesco Marchisano est décédé ce dimanche 28 juillet vers 10h, à Rome, à l'âge de 85 ans, annonce le Vatican. Il était archiprêtre émérite de la basilique Saint-Pierre. Il avait été créé cardinal par Jean-Paul II en 2003. Au service du Saint-Siège, il avait notamment été président de la Commisison pontificale pour les bines culturesl de l'Eglise et de la Commisison d'archéologuie sacrée. Il a aussi été vicaire général du pape pour la Cité du Vatican et président de la Fabrique de Saint-Pierre.  Ses funérailles auront lieu au Vatican mercredi, 30 juillet. News de Catholique.org Centenaire de la Première guerre mondiale : faire la paix, maintenanthttp://news.catholique.org/52846-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale 2014-07-26T23:17:02Z text/html fr Catholique.org Tirer les «  leçons du passé  » pour faire la paix maintenant, c'est l'exhortation du pape François, à la veille du centenaire du déclenchement de la Première guerre mondiale, le 28 juillet 1914. Les armes se tairont le 11 novembre 1918. Ces leçons doivent conduire les responsables des nations à un «  dialogue  » et une «  négociation  » tenaces en vue de la paix et de la réconciliation, a insisté le pape François après l'angélus de midi, ce dimanche, 27 juillet 2014. Il invite les catholiques à s'unir à sa prière à cette intention. Et il supplie les belligérants : "Arrêtez-vous, je vous en prie !" Voici notre traduction des paroles prononcées par le pape François en italien. A.B. Allocution du pape François après l'angélus Chers frères et sœurs, C'est, demain, le centième anniversaire du déclenchement de la Première guerre mondiale, qui a causé des millions de victimes, et des destructions immenses. Ce conflit, que le pape Benoît XV a défini comme un «  massacre inutile  », a débouché, après quatre longues années, sur une paix qui s'est révélée plus fragile. Demain ce sera une journée de deuil en souvenir de ce drame. Alors que nous rappelons cet événement tragique, je souhaite que les erreurs du passé ne se répètent pas, mais que l'on ait à l'esprit les leçons de l'histoire, en faisant toujours prévaloir les raisons de la paix, grâce à un dialogue patient et courageux. Ma pensée va en particulier aujourd'hui à trois régions en crise  : le Moyen Orient, l'Irak, et l'Ukraine. Je vous demande de continuer à vous unir à ma prière afin que le Seigneur accorde aux populations et aux autorités de ces régions la sagesse et la force nécessaires pour poursuivre avec détermination le chemin de la paix, en affrontant tout différend par un dialogue et une négociation tenaces, et avec la force de la réconciliation. Qu'au centre de chaque décision, on ne place pas les intérêts particuliers mais le bien commun et le respect de toute personne. Rappelons-nous qu'on perd tout avec la guerre et qu'on ne perd rien avec la paix ! Frères et soeurs, frères et soeurs, jamais la guerre ! Jamais la guerre ! Je pense surtout aux enfants auxquels on retire l'espérance d'une vie digne, d'un avenir, des enfants morts, des enfants blessés, des enfants mutilés, des enfants orphelins, des enfants qui ont comme jouets des restes de guerre, des enfants qui ne savent pas sourire. Arrêtez-vous, je vous en prie ! Je vous le demande de tout mon coeur, c'est l'heure de s'arrêter : arrêtez-vous, je vous en prie ! Le pape François a ensuite salué différents groupes d'Italie, du Brésil, d'Espagne et du Portugal avant de souhaiter, comme à l'accoutumée  : Je vous souhaite à tous un bon dimanche. N'oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner  ! Au revoir  ! Traduction de Zenit, Anita Bourdin   News de Catholique.org La réforme de la curie romaine est avant tout "spirituelle" (1)http://news.catholique.org/52837-la-reforme-de-la-curie-romaine-est-avant 2014-07-26T10:17:04Z text/html fr Catholique.org La   réforme de la curie implique une «  formation permanente, surtout de nature spirituelle, de tous les acteurs de la Curie, laïcs, prêtres et évêques  », fait observer le cardinal italien Coccopalmiero, expert en droit canon, qui indique ce «  principe herméneutique  »  : «  l'aide apportée par la Curie au pape  ». Dans un entretien accordé à L'Osservatore Romano en italien (Nicola Gori) le cardinal Francesco Coccopalmerio, président du Conseil pontifical pour les textes législatifs, évoque la réforme de la curie romaine. Il cite l'adage du pape François dans «  La joie de l'Évangile  »  : «  La réforme des structures exige la conversion pastorale  », car «  les bonnes structures servent quand il y a une vie qui les anime, les soutient et les juge  ». La seconde partie de cet entretien est publié dimanche, 27 juillet 2014. Un Code à comprendre Il voit dans le Code de droit canon promulgué par Jean-Paul II en 1983un texte d'ecclésiologie, miroir du concile Vatican II  : «  Quand nous lisons le Code de droit canonique, qui est constitué de nombreux canons, c'est-à-dire de nombreuses affirmations concernant différentes thématiques, nous trouvons aussi des canons que nous pouvons appeler «  doctrinaux  » et qui sont des affirmations avec un contenu ecclésiologique, relatives aux personnes dans l'Église et aux structures de l'Église. Ces affirmations déclarent simplement quelque chose qui existe déjà dans la réalité. Évidemment, il s'agit de l'ecclésiologie de Vatican II. Il y a donc des canons qui reflètent des affirmations du concile.  » Il cite comme exemple le canon 212, au paragraphe 2, «  qui est une affirmation du chapitre 31 de «  Lumen Gentium  », où il est dit que les laïcs, c'est-à-dire les personnes baptisées et confirmées, ont l'attribution, c'est-à-dire la capacité, le devoir et le droit de donner des conseils aux pasteurs. Ils ont donc le devoir et le droit de participer avec les pasteurs au gouvernement de l'Église  ». Le Code, affirme-t-il constitue ainsi «  un miroir du concile, parce qu'il le reflète et le redit sous formede lois  ». Il estime que l'heure n'est pas tant à une nouvelle réforme du Droit canon qu'à sa compréhension, étant donné «  une certaine résistance à comprendre exactement sa nature  »  : «  Je suis le premier à reconnaître qu'il n'est pas facile de comprendre en profondeur le droit canonique. En réalité, il y a beaucoup de préjugés qui en donnent une idée négative. Les canonistes et les enseignants en sont pourtant eux aussi responsables. La bataille est encore difficile. Quand se fera la réforme de la Curie romaine, ce point sera très important et il faudra y accorderune attentionparticulière.  » Réforme de la curie et formation permanente «  Organisme complexe  », la curie a besoin d'être «  toujours contrôlée  », voire «  corrigée  », «  mise à jour  », estime le cardinal italien. Il tord le cou à des idées reçues  : «  La Curie n'est pas, et ne peut être une structure de pouvoir en opposition avec le pape  ». Elle «  est seulement une structure de service pour aider le pape dans son activité de service rendu à l'Église universelle, aux diocèses, aux pasteurs et aux fidèles  ». C'est pourquoi elle « n'est pas autonome, n'a pas d'activités propres  », mais, «  relative au pape, elle a les activités du pape, elle aide le pape à les réaliser  ». Ainsi, la Constitution «  Pastor Bonus  » de Jean-Paul II (28 juin 1988), a assigné à chaque dicastère «  une activité du pape à mener pour l'aider  ». Et c'est justement aussi pourquoi elle «  doit être adaptée  », « qualifiée dans les personnes et dans les structures qui la composent  », pour seconder le pape dans sa mission, en répondant «  aux exigences toujours nouvelles de l'Église et du monde d'aujourd'hui  ». Avec par conséquent la nécessité d'une «  formation permanente, surtout de nature spirituelle, de tous ceux qui travaillent à la Curie, laïcs, prêtres et évêques  ». Un dicastère pour les textes législatifs Il indique les «  différents secteurs d'activité du pontife romain par rapport au droit de l'Église et donc des activités du dicastère  »  : «  une activité de législation, une activité de vigilance, une activité d'interprétation, une activité de promotion de la connaissance et de l'application du droit canonique  ». En somme, «  la finalité essentielle du dicastère est de garantir l'orthopraxie canonique  », «  en promouvant, en amont, la production de normes adéquates ou en veillant, en aval, à ce que ces normes soient appliquées  ». (à suivre) Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org "Paul VI a été le guide et l'interprète du concile"http://news.catholique.org/52836-paul-vi-a-ete-le-guide-et-l-interprete-du 2014-07-26T10:17:02Z text/html fr Catholique.org «  Paul VI a été le guide et l'interprète du concile  », explique, dans L'Osservatore Romano en italien, le cardinal Loris Capovilla, 99 ans en octobre prochain, ancien secrétaire particulier du saint pape Jean XXIII. Il souligne le «  génie pastoral » de Paul VI, qui sera béatifié le 19 octobre. «  L'humanitas de Montini, sa foi, sa religiosité, sa culture et son expérience, sa capacité à lire l'histoire et à en interpréter les événements le qualifient comme un des prélats les plus éminents, un de ceux vers qui devait converger les choix des cardinaux électeurs  », dit le cardinal italien du jeune Montini. Avec ce fait curieux  : «  Après la mort de Jean XXIII, Montini ne participa pas aux fameuses congrégations générales que les cardinaux tiennent une ou deux fois par jour pendant la vacance du siège.  » Fidélité aux intuitions de Jean XXIII De fait, il resta à Milan, auprès de ses diocésains jusqu'au 18 juin 1963, veille de l'entrée en conclave. Il fut élu le 21 juin, au cinquième scrutin. Quinze jours plus tôt, il avait fait déclaration de fidélité aux orientations de Jean XXIII, lors d'une messe pour Jean XXIII  : «  Ce sera cette fidélité aux grands canons de son pontificat qui en perpétuera la mémoire et la gloire et qui nous le fera sentir encore plus paternel et plus proche  ». Le pontificat allait durer 15 ans. Quant au choix du nom de «  Paul  », le card. Capovilla fait observer  : «  De l'apôtre des nations, il imita dès les premiers mois l'engagement itinérant  : l'engagement du concile et l' «  aggiornamento  », l'indication laissée par son prédécesseur  : «  Fidélité et renouveau  », le chemin du dialogue et de la rencontre avec les peuples des cinq continents.  » Le cardinal Capovilla salue ce qu'il appelle le «  génie pastoral  » de Paul VI  : «  Le définir comme un pape diplomate ou politique, un pape aristocratique, un pape incertain et angoissé, signifierait n'avoir rien compris. Il a été un pontife religieux dans le sens le plus profond du terme, un homme simple et discret, respectueux de sa liberté et de celle des autres, conscient du poids formidable chargé sur ses fragiles épaules et, malgré cela, certain de marcher avec le Christ, main dans la main. Il a été un chantre de l'humanité et de ses valeurs, ni pessimiste, ni naïf mais plutôt ouvert à l'espérance, toujours confiant dans la capacité de se repentir de ceux qui sont dans l'erreur.  » Photos du pontificat Il cite cette réflexion de Jean-Paul II  : «  Nous voyons son personnage à la lumière de tout ce qu'il a fait et enseigné, et nous le voyons de mieux en mieux à mesure que le temps nous éloigne de sa vie terrestre et de son ministère. » Il retient quelques «  photos  » du pontificat comme «  des moments qui illustrent les étapes de l'Église itinérante à l'époque du concile Vatican II  : l'Église de la Parole, du service, de la communion  » : «  Paul VI portant le crucifix au Colisée, sur les rives du Jourdain et au Cénacle, à la tribune de l'ONU, baisant les pieds de l'envoyé de Constantinople dans la Chapelle Sixtine, sur l'escalier mobile de l'avion.  » «  Paul VI a été le guide et l'interprète du concile, affirme le témoin de huit papes. Il faut reconnaître au pape Jean la paternité et la dimension prophétique de ces assises œcuméniques providentielles, et à son successeur le mérite incomparable de les avoir menées à leur pleine réalisation et d'en avoir été, jusqu'au bout, le catéchiste et le chantre persévérant.  » Il souligne la contribution de Paul VI dans différents domaines  : la réforme liturgique, la réforme de la Curie romaine, la Maison pontificale, le règlement du conclave, le dialogue avec les frères séparés (l'accolade avec les patriarches d'Orient et avec les chefs des communautés anglicanes et protestantes), les rapports «  courtois  » avec les représentants du judaïsme et des religions monothéistes, et avec les hommes d'État et de culture, y compris avec les non croyants. Pour ce qui est des voyages il cite le pèlerinage en Terre Sainte et à Éphèse, les grandes assemblées religieuses en Asie, en Afrique, en Amérique et en Océanie. Et le fameux appel de la tribuen des Natiosn Unies, à New York : «  Plus jamais la guerre  ! Plus jamais  ! (…) Nous devons nous habituer à penser d'une manière nouvelle l'homme  ; d'une manière nouvelle enfin les chemins de l'histoire et les destins du monde. Jamais comme aujourd'hui, dans une époque marquée par un tel progrès humain, n'a été aussi nécessaire l'appel à la conscience morale de l'homme.  » Avec une traduction de Zenit, Constance Roques News de Catholique.org Etats-Unis : pas de voyage du pape François prévu pour le momenthttp://news.catholique.org/52840-etats-unis-pas-de-voyage-du-pape-francois 2014-07-26T09:17:03Z text/html fr Catholique.org Pas de voyage du pape François prévu sur le continent américain pour le moment, déclare son porte-parole, tandis que sa présence est souhaitée à la Rencontre des familles de 2015.  « Sur la possibilité d'un voyage en Amérique, le Pape a reçu diverses invitations qu'il a bien entendu pris en considération. Il a notamment manifesté sa disponibilité à participer à la rencontre des familles de Philadelphie mais pour l'instant concrètement aucun projet ou programme de voyage aux Etats-Unis ou au Mexique n'est en préparation. Il faut avoir aussi à l'esprit qu'il reste encore plus d'un an de temps avant cette rencontre de Philadelphie  », a-t-il déclaré en faisant allusion à la VIIIe Rencontre mondiale des familles prévue à Philadelphie, du 22 au 27 septembre 2015. L'archevêque de Philadelphie, aux Etats-Unis, Charles Chaput, avait déclaré, pour encourager les catholiques, lors d'une rencontre pastorale, vendredi 25 juillet, que le pape François l'avait personnellement assuré de sa présence. Le site du diocèse de l'archevêque Chaput annonce attendre une confirmation officielle dans les six mois précédant l'événement en question. News de Catholique.org Italie : dire "non" à toute forme d'illégalitéhttp://news.catholique.org/52839-italie-dire-non-a-toute-forme-d-illegalite 2014-07-26T09:17:01Z text/html fr Catholique.org Avoir le courage de dire «  non  » à l'illégalité, quelle que soit sa forme : c'est le cœur du message du pape François en visite à Caserte, au sud de Naples, ce samedi 26 juillet, à l'occasion de la fête de sainte Anne, sainte patronne de la ville. Le pape a présidé la messe devant plus de 200 000 personnes, sur la place de la résidence royale des Bourbon de Naples, la «  Reggia  », le plus grand palais royal d'Europe, patrimoine mondial de l'humanité. Le pape a effectué un tour de la place en voiture pour saluer la foule enthousiaste. En cette région où la criminalité organisée – ici, la Camorra - est responsable de la pollution des terres du fait du recyclage illégal de déchets toxiques et où les cancers se multiplient, le pape a voulu encourager la résistance. Pourtant, le message du pape concerne aussi toute la population et toute l'Eglise. Il disait en effet dans son homélie : «  Comment faire pour posséder le Royaume de Dieu ? L'enthousiasme et la joie ne suffisent pas, il faut mettre Dieu au premier plan dans notre vie, cela veut dire avoir le courage de dire non au mal, non à la violence, non aux abus, pour vivre une vie de service aux autres et en faveur de la légalité et du bien commun. » Pour préserver cette «  belle terre », le pape a recommandé aux catholiques la complicité zéro avec toute forme d'illégalité : d'«  avoir le courage de dire non à toute forme de corruption et d'illégalité. Nous savons tous les noms de ces formes de corruption et d'illégalité  ». Pour redonner l'espérance, le pape a invité à revenir au Christ  : «  Là où est Jésus, il y a l'espérance, on aime ses frères et on s'engage à sauvegarder sa vie, sa santé, en respectant l'environnement et la nature. Et cette espérance, celle de Jésus, ne déçoit jamais.  » Mais, c'est Dieu lui-même qui fait le premier pas, a insisté le pape  : «  C'est d'abord Dieu qui vient à notre rencontre, car c'est Lui qui veut en premier nous rencontrer. Et il se fait trouver aussi par ceux qui ne le cherchent pas  ». «  Ne vous laissez pas voler l'espérance !  » a conclu le Pape François, selon son leitmotiv. Auparavant, le pape avait rencontré le clergé local, de façon privée, sous la forme qu'il adopte toujours avec les prêtres, d'un échange libre de questiosn et réponses, dans la chapelle palatine de la "Reggia". Après la messe, le pape est rentré au Vatican en hélicoptère. Lundi prochain, 28 juillet, le pape reviendra à Caserte, pour une visite privée cette foi, à son ami le pasteur évangélique, Giovanni Traettino. En présence de l'archevêque de Naples, le cardinal Crescenzio Sepe, le pape a promis qu'il viendrait prochainement ce grand diocèse de Campanie. News de Catholique.org France : le card. Vingt-Trois invite les catholiques parisiens à prier pour la paixhttp://news.catholique.org/52825-france-le-card-vingt-trois-invite-les 2014-07-25T09:17:04Z text/html fr Catholique.org Alors que des guerres font rage dans plusieurs territoires du Proche-Orient, en Irak, en Syrie et à Gaza, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, ordinaire des catholiques de rite oriental résidant en France et n'ayant pas leur propre ordinaire, invite tous les Parisiens à prier pour leurs « frères et sœurs d'Orient » et à venir à la messe pour la paix célébrée le 27 juillet prochain à Notre-Dame-de-Paris. La messe sera présidée par l'évêque auxiliaire de Paris, Mgr Renauld de Dinechin. Message du cardinal André Vingt-Trois L'été 2014 est plein de drames. La situation en Terre Sainte et ses répercussions dans notre pays et la situation de l'Ukraine et le drame de l'avion abattu occupent à raison nos esprits. Mais la situation des chrétiens en Orient prend un tour encore plus dramatique s'il est possible. Les chrétiens ont dû quitter Mossoul en laissant leurs biens derrière eux sous peine d'être mis à mort. Le Saint-Siège et les différents organismes de l'Église catholique qui s'occupent des chrétiens d'Orient s'efforcent d'obtenir des réactions et de l'aide des autorités internationales. Il y a aussi des chrétiens dans la bande de Gaza, un évêque orthodoxe, une paroisse catholique. La violence ne cesse pas en Syrie. Je demande aux catholiques de Paris de ne pas oublier leurs frères et sœurs d'Orient au cœur de cet été. A la cathédrale Notre-Dame, la messe de dimanche prochain, 27 juillet à 18h30, sera dédiée à la prière pour la paix. Nous confierons au Seigneur les chrétiens qui portent son Nom dans les pays du Proche et du Moyen-Orient. On lira la prière universelle pour la paix proposée par la Conférence des évêques de France. Pour soutenir les réfugiés et les communautés, des dons peuvent être faits à l'œuvre d'Orient ou à l'Aide à l'Église en détresse (AED). +André cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris le 21 juillet 2014 News de Catholique.org France : messe pour les chrétiens du Moyen-Orient à Notre-Dame de Parishttp://news.catholique.org/52824-france-messe-pour-les-chretiens-du-moyen 2014-07-25T09:17:02Z text/html fr Catholique.org Ce dimanche 27 juillet, la messe de 18h30 à Notre-Dame de Paris sera dédiée à la prière pour la paix. Elle sera présidée par Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris et concélébrée par le Père Sabri Anar, curé de la paroisse chaldéenne Saint-Thomas à Sarcelles (paroisse des chaldéens en Ile-de-France). http://www.mission-chaldeenne.org/ L'Eglise catholique de Paris invite également tous ceux qui le souhaitent à se joindre auparavant à un rassemblement silencieux organisé par le Comité de soutien aux chrétiens d'Irak (CSCI) sur le parvis de Notre-Dame à 17h. Lors de la messe à la cathédrale mais aussi dans toutes les paroisses de Paris, les catholiques prieront pour la paix et confieront à Dieu les chrétiens qui portent son Nom dans les pays du Proche et du Moyen-Orient. On lira notamment la prière universelle pour la paix proposée par la Conférence des évêques de France. News de Catholique.org Terre Sainte et Irakiens chrétiens : mobilisation des catholiques de Francehttp://news.catholique.org/52823-terre-sainte-et-irakiens-chretiens 2014-07-25T08:17:04Z text/html fr Catholique.org Terre Sainte et Chrétiens d'Irak  : les catholiques en France mobilisés Les chrétiens de Mossoul sont chez eux au berceau du christianisme. Ils sont nos aînés dans la foi. Comment peut-on les soumettre à la terreur et au  chantage dans l'unique but de les faire fuir ? "Les voici dépouillés de tout" s'est indigné le Saint-Père. Les catholiques en France ne peuvent rester passifs. La communauté internationale doit, de toute urgence, préserver la paix et la sécurité de ces populations que le pouvoir local avoue être incapable de protéger. N'oublions pas les chrétiens d'Irak  ! Comme le dit Mgr Pontier «  ils sont là-bas depuis toujours, souvent sur des lieux très forts de l'histoire biblique et chrétienne. Leur émigration est dramatique. Nous avons envers eux un devoir de prière et de solidarité.  » Le Cardinal Barbarin, Mgr Dubost et Mgr Gollnisch seront, du 28 juillet au 1eraoût prochain, émissaires de l'Eglise catholique  en France auprès des chrétiens d'Irak, accueillis par le Patriarche Chaldéen Louis-Raphaël Sako. Ils signifieront que la  lutte contre l'indifférence doit être permanente. Ils seront priants et acteurs auprès des communautés menacées. Des journalistes les accompagneront, afin que l'opinion publique soit de toute vigilance. Prions pour que cette délégation porte un peu de réconfort et de lumière dans la situation très grave que subissent nos frères en Orient. En France, d'autres initiatives locales, encouragées par l'évêque du lieu, sont à mentionner et à rejoindre (assemblées de prières, jeûne, appels aux dons …). Par ailleurs, deux mille étudiants français se faisaient une joie d'être les hôtes des chrétiens de Terre Sainte, en cette fin juillet, pour un pèlerinage de foi et d'amitié. C'est peu dire que ces  jeunes le préparaient ce rendez-vous, avec motivation et créativité ! Vingt-cinq évêques, et de nombreux accompagnateurs, étaient de cette belle aventure sur les pas du Christ. Le conflit israélo-palestinien, le plus sanglant depuis 2009, et dont chaque jour apporte des faits terrifiants, en décide autrement ! L'annulation de ce séjour fut très difficile à prendre. Les évidentes raisons de sécurité, et la responsabilité qui nous incombe, appelaient cette décision déchirante. Le préjudice causé pour un voyage annulé est une réalité indéniable, mais il est peu de choses au regard de l'angoisse quotidienne de la population locale. C'est aux habitants de Terre Sainte, qu'il faut penser, vivant dans  la peur du déchainement meurtrier. Ne  pouvoir venir chez eux est un coup dur pour la fraternité. Nous connaissons leur foi et leur mobilisation pour la justice et la paix. Profondément unis à eux, les catholiques en France  ne baissent pas les bras. Ils ne se résigneront jamais à ce que la guerre soit plus forte. Ils feront tout pour intercéder et agir afin que la communauté internationale s'implique dans la recherche de résultats tangibles et durables. Avec quelques semaines de recul, chacun relit avec émotion le voyage du Saint-Père : son  geste  silencieux et grave contre le mur de Séparation n'était-il pas prémonitoire ? Totalement mobilisés avec le Pape François, et en lien fraternel avec tous, nous aurons, depuis le territoire français, des initiatives de prière et de solidarité. Au nom des évêques de France, Mgr Pontier, Archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, appelle les paroisses à s'unir, tout spécialement lors de la prière universelle des messes célébrées les samedi 26 et dimanche 27 juillet, à partir d'une proposition commune. Pour Mgr Pontier, «  Il s'agit de ne pas perdre cette communion spirituelle avec les communautés chrétiennes locales qui devaient nous accueillir, pour se retrouver ensemble dans la prière pour la paix et manifester la fraternité ». Nous n'oublions pas également la détresse de nos frères en Syrie. En principe, Mgr Marc Stenger se rendra au nom de la CEF, sur invitation du Patriarche Grégoire III, pour les 150 ans de la Cathédrale grecque-catholique. Le Christ, par le don de sa vie, a tué la haine. C'est quand tout semble inextricable et désespéré, que la "petite voie"  de la Béatitude de la paix prend une signification nouvelle. La vitalité des étudiants français, de leurs communautés et de leurs pasteurs veut en témoigner ! Que tous soient assurés  de la  fraternité de l'Eglise catholique en France. Mgr Bernard Podvin Porte-parole des évêques de France News de Catholique.org Les Irakiens chrétiens qui ont dû fuir "n'ont strictement plus rien"http://news.catholique.org/52822-les-irakiens-chretiens-qui-ont-du-fuir-n-ont 2014-07-25T08:17:02Z text/html fr Catholique.org Les Irakiens chrétiens qui ont été chassés de Mossoul "n'ont strictement plus rien ! Ils dépendent donc complètement de l'aide qu'on peut leur apporter", confie à Zenit Marc Fromager, directeur de l'Aide à l'Eglise en détresse de France (AED-France) dans cet entretien. Zenit - L'ultimatum lancé par "l'Etat Islamique" aux chrétiens de se convertir ou fuir Mossoul est-il un évènement sans précédent en Irak  ? Marc Fromager - Malheureusement non. Il est vrai qu'à "l'époque moderne" et en particulier ces dernières années, on a plutôt assisté à une lente et progressive détérioration de la situation des chrétiens en Irak avec tout de même des attentats et une violence continue à leur égard mais on n'a pas été habitué à une telle brutalité. C'est la raison pour laquelle tant de personnes aujourd'hui réagissent et c'est heureux qu'enfin, on prenne nos frères en considération. Cela étant, il ne faudrait pas oublier ce que même l'EIIL revendique, à savoir un retour aux origines de l'islam et à son expansion territoriale. À cette époque et pendant des siècles, l'islam s'est propagé selon le scénario imposé à Mossoul aujourd'hui : conversion, soumission à un statut discriminant ou exil, sans quoi ne restait comme option que la mort. La quasi intégralité des musulmans d'Irak et du Moyen-Orient en général ont des ancêtres chrétiens qui ont fini, par lassitude ou par épuisement (le statut discriminant est discriminant !), par se convertir. L'avantage, s'il y en a un, dans ce qui se passe à Mossoul aujourd'hui, c'est que les choses sont enfin claires. Même si le sort des chrétiens de Mossoul est devenu tragique ces dernières semaines, en réalité, cela fait longtemps que leur situation est devenue insoutenable et en particulier depuis ces deux dernières décennies. Il y a vingt ans, il y avait encore 100.000 chrétiens à Mossoul, l'EIIL n'en a trouvé plus que 3.000. Les chrétiens se sont enfuit vers le Kurdistan dans la précipitation : comment vivent-ils aujourd'hui  ?  Les derniers chrétiens à fuir sont en effet partis dans la plus grande précipitation : ils n'ont eu que quelques heures pour s'enfuir. Le peu qu'ils ont pu emporter a été totalement confisqué au moment de sortir de la ville : argent, bijoux, clés ... Ils n'ont pu partir qu'avec les habits qu'ils portaient. Résultat : ils n'ont strictement plus rien ! Ils dépendent donc complètement de l'aide qu'on peut leur apporter. Les autorités kurdes offrent le minimum et déjà une certaine sécurité ce qui, dans ce contexte, est déjà beaucoup. Pour le reste, c'est l'Eglise sur place qui doit gérer. Sans l'aide d'organisations comme l'AED, l'Oeuvre d'Orient, Caritas et d'autres, ils ne pourraient simplement pas faire face. En ce qui concerne l'AED, notre aide d'urgence pour les réfugiés chrétiens a été considérablement accrue ces dernières années, que ce soit en Irak ou en Syrie, et en particulier pour les chrétiens réfugiés au Kurdistan depuis la chute de Mossoul. Quel avenir pour les chrétiens d'Irak : seront-ils encore protégés demain au Kurdistan ou devront-ils fuir à nouveau  ? Peut-on imaginer un Irak sans chrétiens ? Difficile aujourd'hui de se prononcer sur l'avenir des chrétiens dans un contexte si mouvant. Dans la partie kurde, ils sont en effet à l'abri pour le moment. Les Kurdes y trouvent un intérêt dans leur stratégie de communication au moment où ils évoluent rapidement vers une indépendance de fait mais rien ne dit qu'ils les protègeront indéfiniment. N'oublions pas qu'il y a un siècle, au moment du génocide arménien par les Turcs, les assyro-chaldéens ont également été massacrés et les Kurdes y ont activement participé. À Bagdad où il reste également des chrétiens, leur sort dépend de ce qu'adviendra la ville, actuellement plongée dans un certain chaos, mais pour l'instant, il n'y a rien de très encourageant qui se dessine. Le nombre de chrétiens à considérablement baissé ces dernières années et en particulier depuis l'invasion américaine de 2003. Ils étaient encore 1,4 millions il y a donc 10 ans. Ils ne seraient plus que 400.000 au mieux, soit une disparition des deux tiers de la communauté, et seulement 150.000 au pire, c'est à dire une chute de 90% en l'espace encore une fois d'une décennie. Le christianisme à déjà disparu de certains pays de la région, comme l'ensemble de la péninsule arabique par exemple. Rien n'interdit de penser qu'il disparaîtra également de l'Irak même si l'espérance chrétienne nous empêche aujourd'hui d'entrevoir cette possibilité. La disparition des chrétiens d'Irak serait bien sûr une perte pour l'Eglise mais également pour le reste de la population irakienne. Une des composantes historiques essentielles du pays, avec ses traditions et sa culture, manquerait alors de manière définitive à l'Irak. News de Catholique.org Crash du vol Ouagadougou-Alger : condoléances du pape Françoishttp://news.catholique.org/52830-crash-du-vol-ouagadougou-alger-condoleances 2014-07-25T07:17:04Z text/html fr Catholique.org Le pape François a exprimé ses condoléances pour les 118 victimes du crash dans le nord du Mali du vol Ouagadougou-Alger, dans un télégramme, en français, adressé ce vendredi 25 juillet par le cardinal Secrétaire d'Etat, à l'archevêque d'Alger, Pietro Parolin, à Mgr Ghaleb Bader. « Informé du tragique accident d'un vol Air Algérie survenu au-dessus du Mali, faisant de nombreuses victimes, Sa Sainteté le Pape François s'associe par la prière à la peine des familles qui ont perdu un être cher. Il leur exprime ses vives condoléances et les assure de sa profonde sympathie dans cette douloureuse épreuve. Il prie Dieu d'accueillir les défunts dans sa paix et il lui demande d'apporter réconfort et espérance à toutes les personnes touchées par ce drame », dit le message. L'appareil, un McDonnell Douglas MD83 à s'est écrasé 50 minutes après le décollage : l'accident serait dû aux mauvaises conditions météorologiques. Les débris ont été découverts jeudi soir par un hélicoptère de l'armée du Burkina-Faso, dans la zone de Gossi, au nord du Mali. Une nouvelle confirmée par la présidence française, nation qui a le plus grand nombre de victimes dans cette tragédie, avec 51 morts morts. On déplore également 23 victimes du Burkina-Faso, mais aussi du Canada, du Liban, et d'Algérie, ainsi que les 6 membres d'équipage espagnols de la compagnie Swiftair, compagnie de leasing privée propriétaire de l'appareil. News de Catholique.org Déjeuner du pape François avec des employés et ouvriers du Vaticanhttp://news.catholique.org/52829-dejeuner-du-pape-francois-avec-des-employes 2014-07-25T07:17:01Z text/html fr Catholique.org Le pape François a déjeuné, ce vendredi 25 juillet, à midi, à la table d'employés et d'ouvriers du Vatican, à leur «  cantine  », dans un climat de «  bonne humeur  », précise Radio Vatican. Habituellement le pape prend ses repas dans la grande salle à manger de la maison Sainte-Marthe, où il réside, à une table réservée  : un peu de discrétion et de tranquillité sont garanties par une cloison de plantes vertes. A Sainte-Marthe, le pape a à sa disposition deux pièces  : sa chambre et un bureau. Son étage est réservé à ses activités et à ses collaborateurs. Il célèbre la messe dans la grande chapelle, consacrée à l'Esprit Saint. Il reçoit ses visiteurs dans un salon de la maison Sainte-Marthe, ou dans une salle jouxtant la salle Paul VI ou bien, pour les visites officielles dans la bibliothèque du palais pontifical. News de Catholique.org La musique sacrée des fameuses Réductions des jésuites en Amérique latinehttp://news.catholique.org/52828-la-musique-sacree-des-fameuses-reductions 2014-07-25T05:17:04Z text/html fr Catholique.org «  Saint Ignace. Une fête dans les missions jésuites du Paraguay  »  : sur le modèle des fêtes populaires que les jésuites organisaient dans leurs missions de l'ancienne province du «  Paraguay  », un spectacle de musique sacrée intitulé «  Oflos colende  » a été donné le 3 juillet, en Italie, à Florence, en la basilique Santa-Maria-del-Fiore. Un spectacle qui en est à sa dix-huitième édition. L'immense territoire des «  Réductions  » comprenait ce qui est aujourd'hui la Bolivie, l'Argentine, le Brésil et le Paraguay, précise le Service d'information des jésuites d'Italie. Au cœur de la soirée, il y a eu une représentation d'un drame spirituel pour solistes et orchestre, consacré au saint fondateur de la Compagnie de Jésus. Ce drame hagiographique intitulé «  Saint Ignace  » a été retrouvé dans les archives appartenant aux anciennes Réductions des jésuites de Chiquitos et Moxos, en Bolivie orientale. Il s'agit, ont souligné les organisateurs, «  du seul drame musical qui nous soit parvenu du territoire de l'ancienne «  République jésuite du Paraguay  ». C'est une œuvre marquée notamment par la culture baroque européenne. Dans certains passages, il est possible de reconnaître la veine des deux compositeurs jésuites qui ont œuvré dans les Réductions d'Amérique du sud  : l'Italien Domenico Zipoli et le Suisse Martin Schmidt. La représentation a commencé par une procession chantée, suivie de deux «  villancicos  » écrits par Juan de Araujo et Roque Ceruti, simples chants polyphoniques en langue espagnole, qui furent exportés de la péninsule ibérique vers le fameux «  Nouveau monde  » et auxquels se mêlent des éléments folkloriques locaux. En somme, plus qu'une réflexion, un exemple d'inculturation de l'Evangile dans les cultures autochtones du continent américain et d'une alliance féconde avec la culture des «  immigrés  » jésuites. Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org