Catholique.orghttp://www.catholique.org/ Portail Catholique Francophone fr Catholique.org Tue, 19 Aug 2014 12:17:02 +0200 SPIP 3.0.11 - www.spip.net Catholique.org http://www.catholique.org/images/catholique-logo-noir-200.jpghttp://www.catholique.org/ Birmanie : les évêques appellent à la fin de la guerre civilehttp://news.catholique.org/53046-birmanie-les-eveques-appellent-a-la-fin-de 2014-08-19T10:17:02Z text/html fr Catholique.org Trois évêques catholiques des territoires kachin et shan de Birmanie dévastés par la guerre civile ont publié le 15 août 2014 un appel «  à la fin immédiate de la guerre civile  », dont Églises d'Asie (EDA), l'agence des Missions étrangères de Paris, donne une traduction. Le conflit, qui ensanglante les « régions ethniques » de la Birmanie, en particulier dans l'État kachin, a fait plus de 200 000 déplacés depuis 2011 et des milliers de morts. «  Nous, les évêques représentant les trois diocèses catholiques de Myitkyina, Banmaw et Lashio, publions cette déclaration après avoir délibéré avec les représentants de tous les peuples vivant sur les territoires kachin et shan ainsi que les populations déplacées  », écrivent-ils. Témoins «  de la souffrance du peuple depuis que le conflit armé a repris il y a trois ans  », ils dénoncent «  des dommages collatéraux incommensurables  », en particulier «  le génocide croissant de toute une génération  », des centaines de femmes «  vendues comme esclaves  », des jeunes gens forcés de «  chercher un moyen d'existence au péril de leur vie  », le fléau de la mafia et les trafics d'êtres humains et de drogue, une «  guerre non déclarée  ». Les évêques appellent «  tous les acteurs du conflit armé à chercher une solution durable à cette guerre  » en «  revenant à la table des négociations sous la supervision de la communauté internationale  »  : «  Terminer cette guerre avec dignité est tout ce qu'il peut advenir de mieux pour le futur de tous les peuples vivant en région kachin et shan ainsi que toute la population. » Ils préconisent «  l'instauration d'un véritable fédéralisme qui assurerait l'intégrité de l'identité ethnique, de la culture ainsi que des ressources  ». Ils demandent aussi que soient «  stoppées immédiatement  » «  toutes les tentatives pour s'emparer des terres appartenant traditionnellement aux minorités ethniques  » car c'est «  la propriété des terres qui décidera du futur de ce pays  ». Les évêques plaident enfin pour la protection «  des droits fondamentaux des civils  », notamment « le droit des civils déplacés et forcés à se réinstaller dans d'autres villages à revenir dans leurs foyers. Le déminage de ces zones est une condition préliminaire et sine qua non à cette réinstallation  ». « La paix est possible dans ce pays. La paix, basée sur la justice, est le seul chemin qui s'ouvre à nous  », affirment-ils. L'Église, avec l'aide de la communauté internationale et d'organisations locales a secouru plus de 75 % des victimes de la guerre. Les catholiques représentent seulement 1,3% (et les chrétiens moins de 8%) de la population birmane, à majorité bouddhiste (74%). EDA fait observer que ce message est «  une démarche rare en Birmanie, pays où les responsables religieux interviennent avec la plus grande modération en politique  ». News de Catholique.org Le pape remercie ses "amis coréens"http://news.catholique.org/53045-le-pape-remercie-ses-amis-coreens 2014-08-19T09:17:04Z text/html fr Catholique.org Le pape François remercie ses «  amis Coréens  » et dit «  à bientôt  » à l'Asie, dans un tweet publié ce 19 août 2014, au lendemain de son retour de cinq jours de voyage apostolique en Corée du Sud (13-18 août) : «  Merci, amis coréens ! Avec l'aide de Dieu, je reviendrai très bientôt en Asie ! #Philippines #SriLanka  », écrit-il. Le pape sera en effet au Sri Lanka du 12 au 15 janvier 2015 et aux Philippines dans la foulée, du 15 au 19 janvier (cf. Zenit du 11 août 2014). Il s'agira de son deuxième voyage en Asie  : deux visites en moins de six mois, qui confirment ses paroles au retour des Journées mondiales de la jeunesse de Rio : « Je dois aller en Asie, parce que le pape Benoît n'a pas eu le temps de se rendre en Asie et que c'est important. » (cf. Zenit du 6 août 2013). Dans un entretien publié sur le quotidien romain “Il Messaggero” le 30 juin dernier, le pape évoquait ces deux événements, soulignant que « l'Église en Asie est une promesse » (cf. Zenit du 1er juillet 2014). Hier, en dressant le bilan du voyage en Corée, le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, faisait observer que ces voyages allaient « orienter une attention, un sentiment, une prière » de l'Église catholique vers l'Asie, afin que «  cette région du monde sente plus profondément la solidarité et la proximité spirituelle  » des autres baptisés. Au cours de ses cinq jours en Corée, le pape a notamment participé à la VIe Journée asiatique de la jeunesse et a béatifié 124 martyrs de Corée. Au dernier jour de son voyage, il a célébré une messe pour la paix et la réconciliation de la péninsule. Durant tout le séjour, les tweets du pape, habituellement publiés en neuf langues - anglais, italien, français, allemand, espagnol, portugais, polonais, arabe et latin - étaient aussi traduits en coréen. Le compte du pape a désormais dépassé les 15 millions de "followers" - abonnés. News de Catholique.org De retour à Rome, le pape remercie Mariehttp://news.catholique.org/53044-de-retour-a-rome-le-pape-remercie-marie 2014-08-19T09:17:02Z text/html fr Catholique.org De retour de Corée du Sud après un voyage apostolique de cinq jours (13-18 août), le pape François a atterri à l'aéroport de Rome-Ciampino un peu avant 18h, hier soir, 18 août 2014, après 11h30 de vol. Il portait un bouquet de fleurs offert par une fillette Coréenne de sept ans, Mary Sol, qui s'était approchée de la voiture du pape, en partance pour l'aéroport de Séoul. Le pape avait saisi le bouquet par la fenêtre, visiblement très touché, en assurant qu'il le porterait à la Vierge Marie. C'est d'ailleurs la première visite qu'il a rendue à son retour  : sitôt le pied posé sur le sol italien, direction Sainte-Marie-Majeure, comme il le fait traditionnellement avant et après ses grands voyages (cf. Zenit du 13 août 2014). Il s'agissait de la onzième visite du pape dans la basilique majeure qui abrite une icône de la Vierge à l'Enfant vénérée depuis le XIIIe siècle sous le vocable de "Salut du Peuple romain" (Salus Populi Romani). Il s'y était rendu le jour de son départ pour confier son voyage en Corée. Ce matin, il remercie ses «  amis Coréens  » dans un tweet et évoque son prochain voyage en Asie – Sri Lanka et Phlippines – du 12 au 19 janvier 2015  : «  Merci, amis coréens ! Avec l'aide de Dieu, je reviendrai très bientôt en Asie ! #Philippines #SriLanka  ». News de Catholique.org Irak : le card. Filoni remercie le pape pour sa prièrehttp://news.catholique.org/53049-irak-le-card-filoni-remercie-le-pape-pour-sa 2014-08-19T04:17:02Z text/html fr Catholique.org Le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, «  remercie de tout cœur  » le pape François de sa prière spontanée pour le « peuple souffrant d'Irak », faite hier en Corée, rapporte l'agence vaticane Fides ce 19 août 2014. Le cardinal Filoni, qui était nonce apostolique en Irak de 2001 à 2006, est en effet en mission dans le pays depuis le 12 août, comme « envoyé personnel du pape ». Il devrait rentrer au Vatican prochainement. Après plusieurs jours de visites dans le Kurdistan irakien – où il a remis des aides du pape pour les réfugiés – le cardinal était aujourd'hui à Bagdad, où il a rencontré le président irakien, Fouad Massoum, auquel il a remis une lettre du pape François. "Je lui ai raconté l'expérience de ces journées et j'ai souligné que ma visite n'était pas politique mais humanitaire, au nom du pape. C'est pour cela que je me suis d'abord rendu à Erbil, où la situation est très grave, et ensuite seulement à Bagdad", explique-t-il au micro de Radio Vatican. «  Ce qui se passe ici en Irak n'est pas seulement une tragédie pour le peuple irakien, pour nos chrétiens ou pour les yézidis, elle concerne tous les hommes qui ont à coeur l'humanité. Majorités ou minorités, religions diverses : nous avons tous en commun la même dignité humaine, qui doit être protégée et défendue  », déclare le cardinal. À la fin de la prière universelle de la messe pour la paix et réconciliation célébrée hier, au dernier jour de son voyage apostolique en Corée du Sud (13-18 août), le pape Français avait ajouté une intention pour son envoyé : « Pour le cardinal Fernando Filoni, qui devrait être ici parmi nous mais qui n'a pas pu venir parce qu'il a été envoyé par le pape au peuple d'Irak qui souffre, pour aider les frères persécutés et dépouillés de tout, et toutes les minorités religieuses qui souffrent sur cette terre. Que le Seigneur l'assiste dans sa mission. » News de Catholique.org Argentine : décès tragique de trois membres de la famille du papehttp://news.catholique.org/53048-argentine-deces-tragique-de-trois-membres-de 2014-08-19T02:17:02Z text/html fr Catholique.org La femme et les deux enfants du neveu du pape François sont morts ce 19 août 2014 dans un accident de la route en Argentine. Le pape, «  profondément attristé  », demande de s'unir à lui dans la prière. Selon Radio Vatican le fils du frère du pape, Emanuel Horacio Bergoglio, 35 ans, a lui-même été gravement blessé dans l'accident. Son épouse, Valeria Carmona, 39 ans et leur deux enfants Antonio, 8 mois, Jose, 2 ans, sont décédés. «  Le pape a été informé de l'accident tragique qui touché des membres de sa famille en Argentine, il en est profondément attristé. Il demande à tous ceux qui participent à sa douleur de s'unir à lui dans la prière  », peut-on lire dans une déclaration du P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège. «  Ses collaborateurs et les employés du Saint-Siège s'unissent au pape et participent au grave deuil qui a touché sa famille  », déclare Radio Vatican. News de Catholique.org Corée : le pape et les jeunes handicapés, inoubliablehttp://news.catholique.org/53047-coree-le-pape-et-les-jeunes-handicapes 2014-08-18T23:17:02Z text/html fr Catholique.org Le voyage apostolique du pape François en Corée (13-18 août 2014) a été « un succès  » qui a laissé « une trace indélébile » dans le peuple coréen, chez les catholiques comme chez les non catholiques, affirme Mgr Peter Kang U-il, évêque de Cheju et président de la Conférence épiscopale coréenne. Il estime que le moment le plus marquant était la rencontre du pape avec les personnes handicapées. «  Le moment le plus significatif, qui demeurera gravé dans la mémoire des coréens, est sans conteste la visite du Village des Fleurs, où il a rencontré, embrassé et caressé les jeunes handicapés et abandonnés », déclare-t-il à l'agence vaticane Fides. Au troisième jour de son voyage, le 16 août dans l'après-midi, le pape a en effet visité Kkottongnae - "Village des Fleurs" en coréen –, un ensemble d'instituts de santé et spirituels fondés par le P. John Oh Woong Jin dans la province de Chungcheong (cf. Zenit du 19 août 2014). Le pape a réservé sa première rencontre à quelque 150 patients adultes et une cinquantaine d'enfants handicapés du Centre "Maison de l'Espoir" ("House of Hope"). Mgr Peter Kang U-il évoque «  une visite véritablement spéciale  : le pape a voulu les saluer un par un et a passé là plus de temps que prévu, environ une heure - contre les 30 minutes prévues initialement. C'est pourquoi la célébration des vêpres dans le cadre de la rencontre avec les religieux a dû être annulée  ». Il souligne la portée de cet événement  : «  Le pape François a rappelé qu'il est important de prier mais l'attention envers les derniers, les petits, l'est tout autant. Moi aussi, j'ai été très étonné par cette spontanéité. Le pape a voulu marquer sa proximité vis-à-vis des faibles.  » Pour l'évêque, «  il s'agit d'un message important pour la communauté chrétienne en Corée  : cela signifie que la spiritualité doit être conjuguée avec l'attention envers le prochain, surtout envers les marginalisés. En Corée, la société de tradition confucéenne met les faibles au dernier rang et risque de considérer les personnes âgées comme inutiles  ».  «  L'attitude concrète du pape, sa proximité vis-à-vis des petits, donnera un nouvel élan à toute l'Église en Corée », mais pas seulement  : « le pape François a laissé une impression favorable dans l'ensemble du peuple coréen  », qui «  se pose aujourd'hui une question de fond, après la visite du pape au Village des Fleurs, qui a rencontré un ample écho médiatique », affirme Mgr Peter Kang U-il. Il mentionne aussi un autre moment significatif  : «  l'accolade avec les membres des familles des victimes de la catastrophe du ferry de Sewol. Le pape s'est arrêté quelques minutes avec eux avant la messe (du 15 août à Daejeon ndlr). Il s'est agi, là aussi, d'un hors programme. Il les a simplement pris dans ses bras et a partagé leurs souffrances, sans rien dire mais en demeurant quelques minutes à leurs côtés : un signe fort de proximité spirituelle que nous n'oublierons pas » (cf. Zenit du 17 août 2014). News de Catholique.org Irak : une intention spéciale pour le card. Filonihttp://news.catholique.org/53036-irak-une-intention-speciale-pour-le-card 2014-08-18T10:17:02Z text/html fr Catholique.org «  Pour le cardinal Fernando Filoni, qui devrait être ici parmi nous mais qui n'a pas pu venir parce qu'il a été envoyé par le pape au peuple d'Irak qui souffre  »  : c'est l'intention spéciale ajoutée par le pape lui-même à la prière universelle lors de la messe de ce 18 août 2014 qu'il a célébrée à Séoul. Au dernier jour de son voyage apostolique en Corée du Sud (13-18 août), avant de quitter le pays, le pape François a célébré une «  messe pour la paix et la réconciliation  », en la cathédrale de Myeong-dong. À la fin de la prière universelle, exprimée en coréen par différents responsables religieux ou représentants laïcs, le pape a ajouté sa propre prière, en italien : « Pour le cardinal Fernando Filoni, qui devrait être ici parmi nous mais qui n'a pas pu venir parce qu'il a été envoyé par le pape au peuple d'Irak qui souffre, pour aider les frères persécutés et dépouillés de tout, et toutes les minorités religieuses qui souffrent sur cette terre. Que le Seigneur l'assiste dans sa mission. » Le cardinal Filoni, qui était nonce apostolique en Irak de 2001 à 2006, est en effet en mission dans le pays depuis le 12 août, comme «  envoyé personnel du pape  ». Désormais à Bagdad depuis hier, le cardinal a auparavant passé plusieurs jours à visiter les camps de réfugiés – qui ont fui Mossoul et Karakoch après l'offensive des djihadistes de l'État islamique – dans le Kurdistan irakien. Depuis le début de son voyage en Corée, le pape envoie chaque jour un «  tweet  » de soutien en faveur des minorités persécutées dans le nord de l'Irak (cf. Zenit du 16 août 2014). Confiant que «  son cœur saigne  » pour ces populations, il demande de «  ne pas les oublier  ». Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org Le pape rencontre les chefs religieux de Coréehttp://news.catholique.org/53035-le-pape-rencontre-les-chefs-religieux-de 2014-08-18T09:17:02Z text/html fr Catholique.org Au dernier jour de son voyage apostolique en Corée du Sud, ce 18 août 2014, le pape François a rencontré les responsables religieux du pays, avec lesquels il s'est réjoui de «  marcher ensemble en présence de Dieu  », tels «  des frères  ». Le pape François a quitté la nonciature – où il était logé durant son séjour – ce matin à 8h50 (1h50 à Rome), pour rejoindre la cathédrale de Myeong-dong, à Séoul, où il a rencontré une douzaine de responsables religieux au palais de l'ancienne Curie de l'archidiocèse. Tandis que de nombreux Coréens s'étaient rassemblés dans la cathédrale pour réciter le chapelet en attendant la messe pour la paix et la réconciliation, le pape François a salué personnellement chacun des présents. Il était accompagné par Mgr Hyginus Kim Hee-joong, président du Comité de la conférence épiscopale pour la promotion de l'unité des chrétiens et du dialogue interreligieux. Debout devant une peinture représentant les martyrs de Corée, le pape s'est entretenu notamment avec l'évêque Paul Kim Geun-sang, primat de l'Église anglicane de Corée, le Rev. Kim Chul-hwan, président de l'Église luthérienne de Corée (LCK) et le Rev. Kim Dong-yup, chef des Églises presbytériennes du pays (PCK). L'archevêque métropolitain de l'Église orthodoxe, Ambrose-Aristotle Zographos, l'a embrassé et serré dans ses bras, avant de lui offrir une croix byzantine. C'est avec cette croix que le pape, visiblement touché par ce présent, a donné la bénédiction finale à l'issue de la messe qui a suivi, en la cathédrale. Parmi les autres participants à la rencontre, selon le site Internet officiel du voyage du pape  : M. Park Jong-deok, Commandant de l'Armée du salut sur le territoire de la Corée, M. Jaseung, président de l'Ordre Jogye du bouddhisme coréen, M. Namgung Seong, directeur du bouddhisme won, M. Seo Jung-ki, président de l'Association Sung Kyun Kwan du confucianisme, M. Park Nam-soo, leader du cheondogyo, M. Han Yang-won, président de l'Association pour les religions coréennes autochtones et M. Kim Young-Ju, secrétaire général du Conseil national des Églises de Corée (NCCK). Avant de prendre congé, le pape leur a adressé quelques mots improvisés en espagnol, traduits par son interprète le P. John Chong Che-chon, sj : « Je voudrais vous remercier pour la gentillesse et l'affection dont vous avez fait preuve en venant ici me rencontrer. La vie est un chemin, un long chemin, mais que l'on ne peut pas parcourir seuls. Nous devons marcher avec des frères en présence de Dieu. Pour ceci je vous remercie pour vos gestes qui expriment notre marche ensemble en présence de Dieu. C'est ce que Dieu a demandé à Abraham. Nous sommes frères en Dieu, nous nous reconnaissons comme frères, nous marchons ensemble. Que le Seigneur nous bénisse ! Et s'il-vous-plaît, je vous demande de prier pour moi. Merci ! » En 2005, près de la moitié de la population de Corée du sud affirmait n'avoir aucune préférence religieuse. D'après un recensement de 2007, 29,2% de la population de l'époque était chrétienne (18,3% de protestants et 10,9% de catholiques). Les bouddhistes étaient 22,8%. Selon les statistiques de la Secrétairerie d'État, au 31 décembre 2013, les catholiques étaient 10,7%. Parmi les religions, on compte aussi divers nouveaux mouvements religieux comme le jeungsando, le cheondoïsme et le bouddhisme won. La religion la plus ancienne est le chamanisme coréen. Aujourd'hui, la liberté de religion est garantie par la Constitution. Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org Messe pour la réconciliation de "l'unique" Coréehttp://news.catholique.org/53034-messe-pour-la-reconciliation-de-l-unique 2014-08-18T08:17:02Z text/html fr Catholique.org Le pape François prie pour la réconciliation de la Corée, «  une unique famille et un unique peuple  » où l'on «  parle la même langue  ». Il invite au choix «  radical  » du pardon. Au cinquième et dernier jour de son voyage apostolique en Corée du Sud (13-18 août), après avoir rencontré les chefs religieux au Palais de l'ancienne curie de l'archidiocèse de Séoul, le pape a célébré une messe pour la paix et la réconciliation, ce lundi matin, 18 août 2014, en la cathédrale de Myeong-dong à Séoul. Appelée aussi «  cathédrale de l'Immaculée conception  », sainte patronne principale du peuple coréen, la cathédrale, d'architecture néo-gothique, abrite les reliques de neuf martyrs, parmi lesquels Mgr Laurent-Joseph-Marius Imbert, second évêque de l'Église de Corée. Dans le jardin attenant, une reproduction de la grotte de Lourdes a été consacrée à la paix nationale coréenne par Mgr Paul Roh Ki-nam (1902-1984), archevêque de Séoul, le 27 août 1960. La messe, point culminant de la visite du pape, a eu lieu dans le recueillement et la sobriété, avec tous les évêques du pays et en présence de Mme Park Geun-hye, présidente de la République de Corée, ce matin à 9h45 (2h45 à Rome). L'unique peuple de Corée Lors de la procession d'entrée, le pape s'est arrêté pour saluer et bénir sept «  femmes de réconfort  », assises au premier rang – dont certaines en fauteuil roulant. Forcées de se prostituer par l'armée japonaise durant la seconde guerre mondiale, ces femmes, dont une cinquantaine sont encore en vie, demandent au Japon une démarche de pardon. Aidé de son interprète, le P. John Chong Che-chon, sj, le pape a échangé quelques paroles avec elles. Puis il a rejoint le choeur, fleuri de centaines de roses de couleur blanches et roses. Dans l'assemblée, les traditionnelles mantilles blanches des femmes ressortaient entre les têtes brunes. Faute de place à l'intérieur, des centaines de participants protégés de la pluie par des imperméables ont assisté à la célébration sur le parvis, où avaient été installées des chaises devant un écran géant. Les lectures de la messe, choisies pour l'occasion, étaient tirées du Deutéronome (Dt 30,1-5) où Dieu promet de restaurer l'unité du peuple dispersé et de l'Évangile de Matthieu (Mt 18,19-22) où Pierre demande à Jésus : « Quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu'à sept fois ? ». Et le Seigneur répond : « Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois ». Durant son homélie, prononcée en italien et traduite au fur et à mesure en coréen, le pape a prié «  pour l'émergence de nouvelles opportunités de dialogue, de rencontre et de dépassement des différences  » et pour «  une reconnaissance toujours plus grande du fait que tous les Coréens sont frères et sœurs, membres d'une unique famille et d'un unique peuple. Ils parlent la même langue  ». Il a invité les Coréens à un choix «  totalement radical  »  : «  pardonner à nos frères sans aucune réserve  » car «  le pardon est la porte qui conduit à la réconciliation  ». «  Ce qui, du point de vue humain, semble impossible, irréalisable, voire parfois répugnant, Jésus le rend possible et fructueux par l'infinie puissance de sa croix  », a-t-il ajouté  : «  Ayez confiance dans la puissance de la croix du Christ ! Accueillez la grâce réconciliatrice dans vos cœurs et partagez-la avec les autres !  » Une transformation du coeur Pour le pape, la réconciliation, l'unité et la paix sont «  inséparablement liées à la grâce de la conversion  » c'est-à-dire d'une «  transformation du cœur  ». Il s'agit notamment de «  repousser avec fermeté une mentalité fondée sur la suspicion, sur l'antagonisme et sur la compétition, et de favoriser plutôt une culture façonnée par l'enseignement de l'Évangile et par les plus nobles valeurs traditionnelles du peuple coréen  ». Les chrétiens sont plus particulièrement appelés à «  réfléchir sur la façon dont [ils] témoignent, comme individus et comme communauté, d'un engagement évangélique pour les défavorisés, pour les marginalisés, pour ceux qui n'ont pas de travail ou sont exclus de la prospérité ». Le pape les a exhortés à «  rendre un témoignage convaincant au message réconciliateur du Christ, dans [leurs] maisons, [leurs] communautés et dans tout domaine de la vie nationale  »  : «  Votre exemple d'amour sans réserve pour le Seigneur, votre fidélité et votre dévouement dans le ministère, tout comme votre engagement charitable pour tous ceux qui sont dans le besoin, contribuent grandement à l'œuvre de réconciliation et de paix dans ce pays  », leur a-t-il affirmé. «  Puissent les disciples du Christ en Corée préparer l'aube de ce nouveau jour, où cette terre du matin calme jouira des plus riches bénédictions divines d'harmonie et de paix !  », a-t-il conclu, sous les applaudissements. Au moment de la prière universelle, le pape a prié en italien pour le cardinal Fernando Filoni, «  envoyé par le pape au peuple d'Irak qui souffre, pour aider ceux qui sont persécutés, ceux qui été dépouillés de tout, toutes les minorités religieuses qui souffrent sur cette terre, afin que le Seigneur l'assiste dans sa mission ». A la fin de la célébration, le cardinal Andrew Yeom Soo-jung, archevêque de Séoul, a remercié le pape «  de tout son cœur  » pour sa visite de cinq jours  : «  vous avez montré aux jeunes que vous êtes un bon berger qui les accompagne et marche à côté d'eux  », a-t-il ajouté en soulignant la «  responsabilité encore plus grande  » de la Corée pour l'évangélisation désormais. Lorsque le pape est ressorti de la cathédrale, une foule l'attendait dans les rues, contenue par les barrières des forces de sécurité. C'était sa dernière rencontre avec le peuple coréen, avant de repartir pour Rome  : à 12h45, le pape a participé à une cérémonie de congé à la base aérienne de Séoul et a embarqué dans l'avion de retour. Il devrait arriver aux alentours de 17h45 à l'aéroport de Ciampino ce soir. News de Catholique.org Le pardon, porte qui conduit à la réconciliationhttp://news.catholique.org/53033-le-pardon-porte-qui-conduit-a-la 2014-08-18T06:17:02Z text/html fr Catholique.org «  Le pardon est la porte qui conduit à la réconciliation  », affirme le pape François ce lundi matin, 18 août 2014, en la cathédrale de Myeong-dong à Séoul. Il prie pour l'unité de la Corée, «  une unique famille et un unique peuple  » qui «  parlent la même langue  ». Après quatre jours riches en rencontres et célébrations, le pape a en effet conclu son voyage apostolique en Corée du Sud (13-18 août) par une messe pour la paix et la réconciliation, en présence de Mme Park Geun-hye, présidente de la République de Corée, ce matin à 9h45 (2h45 à Rome). Le pape a invité à un choix «  radical  »  : «  pardonner à nos frères sans aucune réserve  ». «  Ce qui, du point de vue humain, semble impossible, irréalisable, voire parfois répugnant, Jésus le rend possible et fructueux par l'infinie puissance de sa croix  », a-t-il ajouté  : «  Ayez confiance dans la puissance de la croix du Christ ! Accueillez la grâce réconciliatrice dans vos cœurs et partagez-la avec les autres !  » Il a appelé les Coréens «  à repousser avec fermeté une mentalité fondée sur la suspicion, sur l'antagonisme et sur la compétition, et à favoriser plutôt une culture façonnée par l'enseignement de l'Évangile et par les plus nobles valeurs traditionnelles du peuple coréen  ». Aux chrétiens, le pape a demandé «  de rendre un témoignage convaincant au message réconciliateur du Christ, dans vos maisons, dans vos communautés et dans tout domaine de la vie nationale  ». A.K. Homélie du pape François Chers frères et soeurs, Mon séjour en Corée arrive à son terme et je ne peux que remercier Dieu pour les nombreuses bénédictions qu'il a accordées à ce pays bien-aimé et, de manière particulière, à l'Église en Corée. Parmi ces bénédictions, je conserve particulièrement l'expérience, vécue ensemble ces derniers jours, de la présence de nombreux jeunes pèlerins provenant de toute l'Asie. Leur amour pour Jésus et leur enthousiasme pour la diffusion de son Règne ont été une inspiration pour tous. À présent, ma visite culmine avec cette célébration de la Messe, au cours de laquelle nous implorons de Dieu la grâce de la paix et de la réconciliation. Cette prière a une résonance particulière dans la péninsule coréenne. La messe d'aujourd'hui est surtout et principalement une prière pour la réconciliation de cette famille coréenne. Dans l'Évangile, Jésus nous dit combien puissante est notre prière quand deux ou trois sont réunis en son nom pour demander quelque chose (cf. Mt 18, 19-20). À plus forte raison quand un peuple entier élève sa supplication pressante vers le ciel ! La première lecture présente la promesse de Dieu de restaurer dans l'unité et dans la prospérité un peuple dispersé par le malheur et la division. Pour nous, comme pour le peuple d'Israël, c'est une promesse pleine d'espérance : elle indique un avenir que, dès à présent, Dieu prépare pour nous. Cependant, cette promesse est inséparablement liée à un commandement : le commandement de revenir vers Dieu et d'obéir de tout cœur à sa loi (cf. Dt 30, 2-3). Le don divin de la réconciliation, de l'unité et de la paix est inséparablement lié à la grâce de la conversion : il s'agit d'une transformation du cœur qui peut changer le cours de notre vie et de notre société, comme individus et comme peuple. Naturellement, au cours de cette Messe, nous écoutons cette promesse dans le contexte de l'expérience historique du peuple coréen, une expérience de division et de conflit qui dure depuis plus de soixante ans. Mais l'invitation pressante de Dieu à la conversion appelle aussi les disciples du Christ en Corée à examiner la qualité de leur contribution à la construction d'une société juste et humaine. Elle appelle chacun de vous à réfléchir sur la façon dont vous témoignez, comme individus et comme communauté, d'un engagement évangélique pour les défavorisés, pour les marginalisés, pour ceux qui n'ont pas de travail ou sont exclus de la prospérité de beaucoup. Cette invitation vous appelle, comme chrétiens et comme Coréens, à repousser avec fermeté une mentalité fondée sur la suspicion, sur l'antagonisme et sur la compétition, et à favoriser plutôt une culture façonnée par l'enseignement de l'Évangile et par les plus nobles valeurs traditionnelles du peuple coréen. Dans l'Évangile de ce jour, Pierre demande au Seigneur : « Quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu'à sept fois ? ». Le Seigneur répond : « Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois » (Mt 18, 21-22). Ces paroles vont au cœur du message de réconciliation et de paix délivré par Jésus. En obéissant à son commandement, nous demandons quotidiennement à notre Père céleste de pardonner nos péchés, « comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé ». Si nous n'étions pas prêts à faire de même, comment pourrions-nous honnêtement prier pour la paix et la réconciliation ? Jésus nous demande de croire que le pardon est la porte qui conduit à la réconciliation. En nous ordonnant de pardonner à nos frères sans aucune réserve, il nous demande de faire quelque chose de totalement radical, mais il nous donne aussi la grâce pour le réaliser. Ce qui, du point de vue humain, semble impossible, irréalisable, voire parfois répugnant, Jésus le rend possible et fructueux par l'infinie puissance de sa croix. La croix du Christ révèle le pouvoir qu'a Dieu de résorber toute division, de guérir toute blessure et de rétablir les liens originels de l'amour fraternel. C'est donc le message que je vous laisse en conclusion de ma visite en Corée. Ayez confiance dans la puissance de la croix du Christ ! Accueillez la grâce réconciliatrice dans vos cœurs et partagez-la avec les autres ! Je vous demande de rendre un témoignage convaincant au message réconciliateur du Christ, dans vos maisons, dans vos communautés et dans tout domaine de la vie nationale. Je suis convaincu que, dans un esprit d'amitié et de coopération avec les autres chrétiens, avec les adeptes des autres religions et avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté qui ont à cœur l'avenir de la société coréenne, vous serez levain du Règne de Dieu en cette terre. Alors, nos prières pour la paix et la réconciliation monteront vers Dieu de cœurs plus purs et, par le don de sa grâce, obtiendront ce bien précieux auquel nous aspirons tous. Prions donc pour l'émergence de nouvelles opportunités de dialogue, de rencontre et de dépassement des différences, pour une continuelle générosité à fournir l'assistance humanitaire à tous ceux qui sont dans le besoin et pour une reconnaissance toujours plus grande du fait que tous les Coréens sont frères et sœurs, membres d'une unique famille et d'un unique peuple. Ils parlent la même langue. Avant de partir de Corée, je voudrais remercier Madame le Président de la République, les Autorités civiles et ecclésiastiques et tous ceux qui, de quelque manière, ont aidé à rendre possible cette visite. De façon spéciale, je voudrais adresser une parole de reconnaissance personnelle aux prêtres de Corée, qui quotidiennement travaillent au service de l'Évangile et à l'édification du Peuple de Dieu dans la foi, l'espérance et la charité. Je vous demande, comme ambassadeurs du Christ et ministres de son amour de réconciliation (cf. 2 Co 5, 18-20), de continuer à construire des liens de respect, de confiance et de coopération harmonieuse dans vos paroisses, entre vous et avec vos Évêques. Votre exemple d'amour sans réserve pour le Seigneur, votre fidélité et votre dévouement dans le ministère, tout comme votre engagement charitable pour tous ceux qui sont dans le besoin, contribuent grandement à l'œuvre de réconciliation et de paix dans ce pays. Chers frères et sœurs, Dieu nous appelle à revenir vers Lui et à écouter sa voix, promettant de nous établir sur terre dans une paix et une prospérité plus grandes que tout ce que nos ancêtres ont jamais connu. Puissent les disciples du Christ en Corée préparer l'aube de ce nouveau jour, où cette terre du matin calme jouira des plus riches bénédictions divines d'harmonie et de paix ! Amen. News de Catholique.org Irak : "Aidez-nous à recommencer à vivre !"http://news.catholique.org/53040-irak-aidez-nous-a-recommencer-a-vivre 2014-08-18T04:17:03Z text/html fr Catholique.org «  Aidez-nous à recommencer à vivre !  »  : c'est le cri des minorités irakiennes de Mossoul et de la plaine de Ninive, réfugiées au Kurdistan irakien après l'offensive des djihadistes de l'État islamique. Le cardinal Fernando Filoni, envoyé personnel du pape en Irak, s'unit au patriarcat de Babylone des Chaldéens, pour dénoncer la situation de ces populations dans un communiqué de presse rapporté par l'agence vaticane Fides, ce 18 août 2014. «  Le cardinal Fernando Filoni, accompagné par Mgr Louis Raphaël I Sako, le nonce apostolique et les évêques locaux, a rencontré les autorités politiques de la Région autonome du Kurdistan et rendu visite aux réfugiés chrétiens, yézidis et autres dans les provinces de Duhok et d'Erbil  », peut-on lire dans la note. Dénonçant «  les tragédies et les souffrances de tant de familles  », ils demandent «  à la communauté internationale, et en particulier aux pays et organisations internationales ayant le plus de responsabilité morale  » de : «  1/ Intervenir immédiatement en apportant des aides humanitaires de première nécessité (eau, nourriture, médicaments, services sanitaires etc.) ; 2/ Libérer les villages et lieux occupés le plus tôt possible et de manière stable. Il ne faut pas laisser mourir l'espoir des populations ! 3/ Assurer une protection internationale à ces villages afin d'encourager les familles à rentrer chez elles et à continuer leur vie normale dans la sécurité et la paix. A plusieurs reprises, la population nous a crié : Aidez-nous à recommencer à vivre !  » Selon des estimation, les Irakiens chrétiens réfugiés sont plus de 100.000 répartis dans différentes parties du pays.  News de Catholique.org Corée : les surprises du papehttp://news.catholique.org/53039-coree-les-surprises-du-pape 2014-08-18T04:17:02Z text/html fr Catholique.org Au milieu du programme chargé de ses cinq jours de voyage apostolique en Corée du Sud (13-18 août 2014), le pape François a créé la surprise à plusieurs reprises  : il y a eu le baptême imprévu d'un Coréen, père d'une victime du naufrage du Sewol, mais aussi des voyages en train inattendus et une visite impromptue à la communauté jésuite de Séoul. Nez à nez avec le pape... dans un train Au deuxième jour de son voyage, le pape François a surpris les Coréens en prenant le train pour se rendre de Séoul à Daejeon, au sud de la capitale, où il devait célébrer la messe de l'Assomption, hier, 15 août. Le pape a en effet renoncé à l'hélicoptère et a fait le voyage à bord d'un train à grande vitesse (Korean train express KTX), parti autour de 8h45 (1h45 à Rome) pour couvrir en 50 minutes la distance de 160 kilomètres qui séparent les deux villes. Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, il a voyagé dans le quatrième wagon, en première classe, mais près des places économiques, créant la surprise parmi les 500 passagers qui se trouvaient à bord du train. Le changement de programme était dû à la présence du brouillard, a expliqué dans la soirée le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège : « C'est une alternative qui avait été préparée par les organisateurs, au cas où l'usage des hélicoptères aurait été déconseillé pour des raisons de visibilité, de turbulence... » Pour le P. Lombardi, cette solution a été « intéressante et curieuse » : « Le pape a fait observer que c'était la première fois qu'il prenait un train à grande vitesse, et le programme a été parfaitement respecté. ». L'expérience s'est renouvelée, toujours à cause du mauvais temps, au retour de Haemi à Séoul, après la clôture de la VIe Journée asiatique de la jeunesse. Une rencontre de famille chez les jésuites Un changement de programme est également intervenu le 15 août, lors du retour du pape François à Séoul, après sa rencontre avec les jeunes d'Asie à Daejeon  : avant de rejoindre la nonciature où il logeait, le pape a fait halte une demi-heure à l'Université Sogang, fondée par la Compagnie de Jésus en 1960. Le père Antonio Spadaro, directeur de « Civiltà Cattolica », qui était présent, évoque une rencontre «  d'une simplicité incroyable : un esprit de maison, de famille, de normalité absolue, puissante  ». «  Le pape est entré, il a été accueilli par de grands applaudissements, et chacun s'est présenté, selon ses activités : les jeunes en formation, les novices, ceux qui exercent un apostolat spirituel, l'apostolat des jeunes. Cela a vraiment été une grande fête. Le pape a beaucoup apprécié ce climat  », rapporte-t-il au micro de Radio Vatican. Le pape François a ensuite parlé «  d'abondance de cœur, un discours simple et puissant, entièrement centré sur un mot, "consolation", qui, pour nous jésuites est un terme fondamental : la consolation spirituelle. Il a dit que nous sommes les ministres de la consolation, que parfois dans l'Église on expérimentait une lassitude, des blessures, que les gens sont parfois blessés à cause des ministres de l'Église. Et il a repris cette expression de l'Eglise comme "hôpital de campagne". Il l'a répétée, il l'a confirmée, avec des accents très intenses. C'est sa vision de l'Église. La tâche des ministres de l'Évangile, des prêtres, des religieux, est d'être des personnes de consolation, qui donnent la paix aux gens, qui apaisent les blessures. » Le P. Lombardi précise que les confrères du pape jésuite «  ont en Corée une œuvre extrêmement importante et active dans l'évangélisation, une université catholique très importante, mais aussi beaucoup d'autres ministères dans le domaine social ; il est donc assez normal que le pape les ait visités  ». Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org Corée : les projecteurs de l'Eglise braqués sur l'Asiehttp://news.catholique.org/53038-coree-les-projecteurs-de-l-eglise-braques 2014-08-18T03:17:02Z text/html fr Catholique.org Le voyage apostolique du pape François en Corée du Sud (13-18 août 2014) va « orienter une attention, un sentiment, une prière  » de l'Eglise catholique vers l'Asie, souligne le P. Federico Lombardi. Alors que le pape est encore à bord de l'avion le ramenant de Séoul à Rome, ce 18 août, le P. Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, fait un premier bilan du voyage, au micro de Radio Vatican. Les projecteurs sur l'Asie Pour le P. Lombardi, «  les voyages du pape sont une des façons dans le pape gouverne et oriente l'Église... il porte l'attention de l'Église universelle vers une certaine direction, un certain horizon  ». «  Ce voyage, et le prochain voyage du pape en janvier 2015 au Sri Lanka et aux Philippines, et les innombrables invitations qu'il a reçues de la part de tous les pays d'Asie, vont naturellement orienter une attention, un sentiment, une prière de la communauté universelle catholique vers cette région du monde qui sentira plus profondément la solidarité et la proximité spirituelle, non seulement du pape, mais aussi de tous les catholiques  », estime-t-il. Le P. Lombardi revient également sur les grands thèmes de ces cinq journées riches en événements, notamment les recommandations du pape aux évêques d'Asie le 17 août : «  Le pape a dit aux évêques de ce continent, où le dialogue entres les différentes cultures, les différentes religions, les différents peuples, est extrêmement important, qu'il faut une attitude fondamentale pour dialoguer  : une empathie.  » Par le terme «  d'empathie  », le pape veut signifier «  la capacité à être en harmonie, à se mettre sur la même longueur d'onde et donc à se comprendre presque de manière instinctive, parce que tout l'être se met en mouvement pour accueillir l'autre. Ce n'est donc pas une opération purement intellectuelle, ni formelle, mais c'est une attitude dans laquelle on se met en jeu  ». Le P. Lombardi évoque aussi l'exhortation du pape aux jeunes - « Jeunesse d'Asie, réveille-toi ! »  : «  Le pape cherche à donner à ces jeunes l'enthousiasme dont ils ont besoin pour vivre leurs situations, des situations de minorité au sein de la société, qui comportent souvent de graves problèmes de caractère social et économique. Ce sont des jeunes qui doivent être encouragés, non pas avec un sentiment d'apitoiement mais avec celui d'une grande dignité, qu'ils doivent découvrir et vivre.  » Se préparer à être martyr «  Le pape veut indiquer à ces jeunes la voie du courage, de l'enthousiasme, de la joie, toujours fondée toutefois sur une foi sûre  » et cela peut se faire en « les confrontant au témoignage des martyrs, qui sont vraiment les héros de la vie chrétienne, ceux qui ont su se mettre eux-mêmes pleinement en jeu  », poursuit le P. Lombardi. Il se réjouit à ce sujet de la béatification de 124 martyrs coréens, qui a eu lieu le 16 août, soulignant les «  deux caractéristiques de l'Église coréenne  : née par des laïcs et par le martyre  »  : «  On ne peut pas venir ici et participer à la vie de l'Église sans rencontrer quotidiennement la mémoire des martyrs, qui ne sont pas des morts, mais des vivants en Dieu. Ils accompagnent et inspirent les chrétiens à être des témoins courageux de Jésus-Christ dans leur vie. » En outre, «  la persécution existe toujours dans l'Église  », fait-il observer  : «  la mémoire des martyrs du passé aide à penser aux martyrs d'aujourd'hui et à se préparer à être soi-même martyr de la façon dont Dieu voudra...  ». Enfin, le P. Lombardi salue les messages du pape sur la paix et la réconciliation de la Corée  : s'il faut prendre en compte «  la situation d'un pays divisé, qui souffre de cette division  » et engager une «  réflexion  », cependant le pape ne donne pas de «  solutions politiques  », précise-t-il. «  Le pape François est très conscient de sa mission comme autorité religieuse, morale et pastorale et non comme homme politique. Il intervient certes sur des questions de société, mais toujours avec une perspective humaine, de consolation, d'attention, de dialogue, d'amour, de partage, de solidarité ; cela passe par son cœur », conclut-il. Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org Corée : le pape reprend l'avion pour Romehttp://news.catholique.org/53037-coree-le-pape-reprend-l-avion-pour-rome 2014-08-17T23:17:02Z text/html fr Catholique.org Le pape François a repris l'avion pour Rome en milieu de journée ce 18 août 2014, au terme de son voyage apostolique de cinq jours en Corée du Sud (13-18 août). Il laisse aux Coréens un dernier tweet publié pendant le vol : «  Ayez confiance dans la puissance de la croix du Christ ! Accueillez sa grâce réconciliatrice et partagez-la avec les autres.  » Malgré la pluie, de nombreuses personnes, abritées sous leur parapluie, étaient venues le saluer à son départ, devant la base aérienne de Séoul. Déjà une heure avant le départ, sur le parvis de la cathédrale de Myeong-dong, où le pape a célébré sa dernière messe «  pour la paix et la réconciliation  » du peuple coréen, des centaines de personnes l'ont acclamé, contenues par les barrières des forces de sécurité. Dans le salon d'honneur de l'aéroport, les évêques des diocèses coréens, ainsi que des personnalités du gouvernement, étaient présents pour les salutations finales à 12h45 (5h45 à Rome). La présidente, Madame Park Geun-hye, avait déjà fait ses adieux au pape à l'issue de la messe à la cathédrale. Le pape François n'a pas prononcé de discours. Mais, très souriant, il a serré la main de chacun et a étreint chaleureusement le prêtre coréen, le jésuite John Chong Che-chon, qui l'a accompagné pendant ces journées, comme interprète. Le long du tapis rouge de l'aéroport, la Garde d'honneur, en uniforme traditionnel, faisait une haie d'honneur au pape, qui à embarqué à 13h02 sur le vol de Korean Air, saluant une dernière fois le peuple de la terre « du matin calme ». A bord de l'avion, comme il l'avait fait à l'aller, le pape a fait parvenir ses traditionnels télégrammes aux chefs des États survolés, à commencer par la Corée  : «  Je souhaite exprimer ma reconnaissance profonde au peuple coréen bien-aimé  », a écrit le pape qui assure de ses prières pour «  la paix et le bien-être de la péninsule coréenne  ». Peu avant son départ, au cours de la messe de conclusion, il avait prié pour la réconciliation de la Corée, « une unique famille et un unique peuple » où l'on « parle la même langue ». Il avait aussi invité au choix « radical » du pardon. Traversant également l'espace aérien de la République populaire de Chine, le pape a fait parvenir au président Xi Jinping le télégramme suivant : «  Retournant à Rome après ma visite en Corée, je tiens à renouveler à Votre Excellence et à vos concitoyens l'assurance de mes meilleurs voeux, tandis que j'invoque la bénédiction divine sur votre terre.  ». Il s'agissait du premier aller-retour d'un pape autorisé au-dessus du pays (cf. Zenit du 14 août 2014). Le pape François devrait atterrir à 17h45 à Rome-Ciampino, après 11h30 de vol. Dans l'avion, il répondra aux questions des journalistes, comme il l'avait fait au retour de ses deux précédents voyages internationaux  : du Brésil en juillet 2013 et de Terre Sainte en mai 2014. Avec une traduction de Constance Roques News de Catholique.org VIIe journée asiatique de la jeunesse en Indonésie en 2017http://news.catholique.org/53027-viie-journee-asiatique-de-la-jeunesse-en 2014-08-17T10:17:02Z text/html fr Catholique.org La VIIe journée asiatique de la jeunesse aura lieu en Indonésie en 2017. La nouvelle a été annoncée par le cardinal indien Oswald Gracias, archevêque de Bombay et président de la Fédération des Conferences épiscopales d'Asie (FABC), au terme de la messe de conclusion de la VIe journée, en présence du pape François, en Corée du Sud. News de Catholique.org